L'actualité du refuge

Le témoignage d'une famille sur son chien adopté

Je voudrais donner ce petit témoignage à propos des chiens aveugles ou handicapés, animaux dont on se fait des idées fausses, ce qui empêche souvent leur adoption et les condamnent. Ces petits êtres sont reconnaissant au centuple lorsqu'on leur offre leur chance, voilà l'histoire émouvante de Chiffon... Nous avons adopté Chiffon en 1988 au Refuge de Mérignac en Gironde. Nous y venions, sensibilisés au projet de sauver des chiens abandonnés mais sans choix précis, hors du désir d'un animal de petite taille. Lorsque nous avons aperçu cette petite boule de poils frétillante venant vers nous, nous ne pouvions imaginer qu'elle fut aveugle. Le cliché du clébard malheureux parce qu'abandonné n'est pas toujours fondé, heureusement.

Ce petit chien avait été recueilli depuis longtemps et personne ne le prenait à cause de son handicap. Chouchouté, il ressentait le besoin d'un échange plus important pour se rassurer et oublier les traumatismes de son abandon ; mieux : il se donnait avec une joie de vivre étonnante. Lorsque nous le vîmes, il s'avança sûr de lui, la tête pointée vers le haut pour percevoir les quelques ombres fuyantes devant ses yeux blancs, tout en levant ses oreilles à tous les sons. Il semblait danser et cette image resta gravée dans notre mémoire familiale. Aussitôt le contact s'établit, comme un coup de foudre et la nouvelle de sa cécité ne nous fit pas peur tant le courant passait comme de vieux amis se retrouvant...Vous pensez pouvoir vous occuper d'un chien aveugle ? Demanda la dame du Refuge, méfiante. C'est beaucoup de vigilance et de travail. Je ne voudrais pas que vous me le rameniez dans quelques jours, insista-t-elle : elle en avait tant vu...Non, nous aimons les animaux, nous sentons que ça va bien se passer : il est si gentil, et nous avons eu d'autres chiens. Elle nous regarda dans les yeux, elle comprit...

Bon, nous avions quand même un peu d'appréhension, quoi de plus naturel ? Mais nous savions que tout se passerait bien : ce n'était pas notre premier chien et nous avions des enfants qui s'amuseraient avec lui en le respectant. Ils connaissaient les compagnons à quatre pattes, ils les chérissaient. Depuis, les trois ont plus de vingt ans et ont repris le flambeau : l'une avec un Beauceron et un chat, les garçons avec des cochons d'Inde, des oiseaux..., une vraie basse-cour !

Chiffon repartit avec nous, enchanté, sans craintes ni appréhensions pour une nouvelle vie. Il déménagea trois fois, partit en vacances, s'adapta partout où nous allions. Une seule condition : l'amour de ses maîtres !

Aveugle ou non, un chien prend toujours le temps de sonder, explorer, visiter, son nouveau territoire. La maison possédait un jardin, un couloir central, des coussins et des paniers un peu partout, Chiffon ne mit pas longtemps pour créer ses propres repaires. Les repaires pour un chien..., tout est affaire de repaire, d'ambiance, d'harmonie, qu'il voit ou non, nous allions le constater.

Famille B.